Archives

14.11.2009 — 15.02.2010

 

Work


Exposition d'art contemporain chinois de l'Ecole réaliste et néo-réaliste de Pékin avec trois icônes de la peinture à l'huile, Wang Hongjian, Xu Weixin et Xin Dongwang. Ceci n'est pas une exposition d'avant-garde, mais une découverte de la création contemporaine chinoise vue de l'intérieur.

 

La plupart des expositions d'art contemporain chinois présentées en Europe se réfèrent au mouvement d'avant-garde né en 1985, prisé par le marché, les collectionneurs et critiques occidentaux. Citons « Le Moine et le Démon » au Musée d'art contemporain de Lyon, en 2004, « Mahjong » au Kunstmuseum de Berne, en 2005, ou encore « China Gold » au Musée Maillol de Paris, en 2008. Comme le mentionne Alain Sayag à l'occasion de l'exposition « Alors la Chine ? », en 2003 au Centre Pompidou de Paris, « Les Chinois sont en général très étonnés du peu d'intérêt des Occidentaux pour la peinture proprement chinoise et la calligraphie ». L'intérêt de l'exposition du Manoir est de montrer des travaux majeurs qui font référence lorsqu'on parle d'art contemporain à l'intérieur de la Chine, dans le domaine de la peinture à l'huile. Art traditionnel ou art contemporain, l'exposition WORK n'est ni l'un, ni l'autre.

 

Le projet « WORK » est né de plusieurs rencontres aux Beaux-Arts de l'Université de Tsinghua et de l'Université du Peuple, à Pékin, en 2007 et en 2008, grâce à l'accompagnement privilégié de Monsieur Wang Fei, calligraphe et professeur de chinois à l'Université de Genève.

 

Lors de l'exposition « Seek the Source », en décembre 2008, retraçant 100 ans de peinture à l'huile en Chine, Mads Olesen et M. Wang ont porté leur choix sur trois artistes : Wang Hongjian, Xin Dongwang et Xu Weixin, dans l'optique d'en faire le premier événement d'une série d'expositions dédiées à l'art chinois en Suisse.

Les trois peintres sont les héritiers de la tradition picturale réaliste telle qu'elle est enseignée dans les facultés depuis le début du siècle. D'ailleurs, tous sont pédagogues et enseignants à l'Université de Tsinghua et à l'Université du Peuple. Début XXe, des Chinois partent étudier aux Etats-Unis et au Japon. Une école, représentée par Xu Beihong, considère la peinture à l'huile comme un moyen de développer la peinture chinoise, soutenant l'introduction du réalisme occidental. La peinture réaliste française depuis la renaissance devient modèle. Une seconde école se réfère à Van Gogh et au fauvisme comme source1. Sous l'idéologie socialiste, le réalisme (Courbet à Leonard de Vinci) devient la référence. Dès l'ouverture du pays, dans les années 80, les artistes vont choisir leur camp: avant-garde ou réalisme conventionnel. Les trois artistes décident de développer leur expression en suivant la seconde voie.

 

Tout en utilisant les techniques de la peinture occidentale en tant que base, ces peintres sont dans la lignée d'une conception chinoise millénaire de l'artiste comme poète, philosophe, humaniste, intellectuel qui se réfère à l'idéologie dominante. Dans leurs oeuvres, si le sujet est l'individu, il est clairement contraint par son contexte de vie, par son travail. L'emphase se situe donc plutôt au niveau de l'environnement social. Dans leur contenu, les oeuvres des trois artistes nous livrent leurs réflexions sur le contexte socioculturel et économique, ils racontent la vie contemporaine chinoise, sont témoins de l'ici et maintenant. Leur réalisme n'est pas cynique mais humaniste (en référence au mouvement d'avant-garde « Réalisme Cynique » des années nonante). C'est au travers de l'attention et du regard portés avec compassion sur la vie contemporaine des individus, qui occupent le bas de l'échelle sociale, que les peintres nous donnent à voir, mais surtout à ressentir les états d'âme de leurs contemporains. Leur oeil chinois, imprégné de la vision Taoïste, lie de manière inexorable l'homme à son contexte, son âme au mouvement de l'univers.

Le « réalisme » des trois artistes donne lieu à des tonalités très différentes. Dans l'oeuvre de Wang Hongjian (également calligraphe), le réalisme s'exprime de manière quasi photographique. Chaque oeuvre est issue d'une ou de plusieurs années de travail et nous invite à une «vraisemblance invraisemblable». Dans le cas de Xin Dongwang, nous découvrons un « réalisme » tout relatif, exprimé à travers une plasticité condensée et expressément chargée. Quant à Xu Weixin, les portraits délavés des ouvriers et des intellectuels contrastent avec les portraits bruts des mineurs. Tous à la fois réels et présents, surréels et distants...

 

En résumé, pour les trois artistes concernés, il s'agit d'expressions affichant une « subjectivité » autre que le « réalisme social » qui domine l'aire de Mao. L'engagement artistique est intimement lié au mouvement de réforme et d'ouverture engagé par Deng Xiaoping au début des années 80, à l'influence classique de la peinture européenne et aux thèmes éminents du socialisme.

 

WORK raconte ainsi l'étrange relation esthétique entre l'orient et l'occident à la lumière de l'irréversible mouvement d'ouverture culturelle qui s'installe dans la société chinoise, après une longue période d'asservissement aux thèmes imposés par le système. Il témoigne également d'une effervescence culturelle avec, comme thème, les nouveaux « protagonistes » de l'économie de marché : les travailleurs et les paysans qui peuplent les villes.

 

Le réalisme des trois peintres est une écriture particulière de la mondialisation qui garde un lien profond avec la société, la philosophie et la tradition culturelle chinoise du XXe siècle. Une découverte.

 

NOVEMBRE 己丑年十一月


Dimanche 15 novembre
Visite guidée
 
15:00 Manoir
Visite guidée de l’exposition au Manoir en compagnie des 3 artistes et du commissaire, M. Wang Fei. Wang Hongjian, Xu Weixin et Xin Dongwang nous guideront au travers de l’exposition du Manoir.


Dimanche 15 novembre
Conférence avec Cai Zhuomin
 
Conférence en anglais / 17:00 Manoir
Cai Zhuomin, Professeure d’Université aux Etats-Unis, présente une conférence sur la dernière œuvre de Wang Hongjian intitulée « The Awakened Earth : An In-Depth Analysis of Wang Hongjian’s latest Work ».


Jeudi 19 novembre
Peinture & Enseignement
 
14:00 - 16:00 ECAV Sierre
Peinture à l’huile, néo-réalisme, des expressions dépassées ? Une rencontre inédite entre artistes et pédagogues chinois, leurs homologues valaisans et étudiants.

Entrée Libre


Jeudi 26 novembre
Cinéma – Ivre de femmes et de Peinture
 
20:00 Caves du Manoir


Doit-on autant souffrir pour peindre? Avec Choi Min-Sik et Kim Yeo-Jin.
Prix de la mise en scène Festival de Cannes 2002.

Im Kwon-Taek, 2002, 117min.

En collaboration avec CinéMaNoir
Entrée 10 CHF
DÉCEMBRE 己丑年十二月


Vendredi 11 décembre
Expo & Musique - Concert solo de pipa
 
20:00 Manoir


Miss Yang Jing, l’une des plus grande virtuose mondiale de la pipa, a trouvé son caractère musical propre au travers l’étude de pièces de la culture ancienne et de la musique la plus contemporaine.

Enracinée dans une tradition musicale chinoise millénaire, elle construit ses œuvres sur un savant amalgame entre Orient et Occident.

www.yangjingmusic.com

25 CHF/15 CHF étudiants-AVS-AI


Mercedi 16 décembre
Histoires chinoises pour les enfants
 
14:00 Manoir
Entrée Libre


Jeudi 17 décembre
Peinture et Taoïsme – Conférence
 
20:00 Manoir
Nicolas Zufferey (Université de Genève)
Aux sources de la conception esthétique et philosophique chinoise, nous trouvons les notions de vide, de non-être. Comment cette conception habite-t-elle le travail artistique?

Entrée libre

JANVIER 己丑年一月


Mercedi 13 janvier
Histoires chinoises pour les enfants
 
14:00 Manoir
Entrée Libre


Jeudi 14 janvier
Cinéma – Shower
 
20:00 Caves du Manoir


Le Quingshui, l’un des derniers établissements de bains traditionnels de Pékin, est dirigé par le vieux Maître Liu et son fils cadet, Er Ming, simple d’esprit. La devise du Quingshui : « Aux bains, tout le monde doit se sentir bien. » Pourtant, Maître Liu est fatigué et son établissement vieillit. Un jour, son fils aîné, Da Ming, revient, alerté par une étrange lettre.

Zhang Yang, 2000, 110min.

En collaboration avec CinéMaNoir
Entrée 10 CHF


Jeudi 21 janvier
Peinture et Politique – Table ronde
 
20:00 Manoir
L’artiste et le politique - Le critère de la « dissidence » - Le devoir de critique de l’artiste. Modération: Frédéric Koller (Le Temps, rubrique internationale)

Le Manoir de la Ville entend susciter un débat autour des critères qui régissent la reconnaissance d’artistes, d’une exposition, d’une œuvre. Etre critique, une caractéristique essentielle de l’art contemporain? Les artistes présents au Manoir sont considérés comme proches du pouvoir. La dimension critique de leur travail apparaît de manière indirecte, au travers de l’observation de la vie de leurs contemporains. Les oeuvres expriment compassion et humanisme.

Entrée Libre


Jeudi 28 janvier
Peinture et Calligraphie – Atelier
 
20:00 Manoir
Initiation à la calligraphie chinoise
en relation avec la peinture à l’huile. Avec Wang Fei, professeur de calligraphie et de chinois à l’Université de Genève.

25 CHF/15 CHF étudiants-AVS-AI

FÉVRIER 庚寅年一月


Jeudi 4 février
Peinture et Musique - Concert Solo
 
20:00 Caves du Manoir


Wang Li Kouxian et flûte à calebasse
Wang li s’est conçu un espace sonore de quête et de liberté. Sa musique décline les nuances multiples des résonances vibratoires dont la guimbarde est capable. Elle ouvre sur un monde intérieur qui renvoie chacun aux échos de sa propre enfance, des tempêtes de l’âme aux remous de la vie, au silence.

Ici tout n’est que souffle et vibrations, mémoires et visions. Son imaginaire est porteur de résonances à la fois intimes et universelles.

www.zamanproduction.com

25 CHF/15 CHF étudiants-AVS-AI

Visites guidées
Les dimanches à 16:00
6 décembre
27 décembre
3 janvier
24 janvier
7 février


Infos
Médiation pour les écoles et les groupes
Contact : Sonia Manser
Renseignements et inscriptions : 027 721 22 30
sonia.manser@villedemartigny.ch

Réservations
Conseillées par e-mail ou téléphone