Archives

04.09.2011 — 16.10.2011

 

Reflets, aventures et embuscades

Exposition collective

 

Dans le cadre de Label'Art 2011 et sur la thématique "L'art de la différence", le Manoir de la Ville de Martigny a invité l'artiste et membre du collectif Hard Hat, Balthazar Lovay.

 

Empruntant des chemins obliques, Balthazar Lovay a mélangé objets et œuvres accumulés par la Ville de Martigny depuis 200 ans avec des travaux d'artistes locaux et internationaux de son choix. En jouant de manière transversale et non-autoritaire entre les genres et les périodes (du XVIIème au XXIème sièle), il intègre aussi le bâtiment (ayant été maison privée, puis musée public) comme un élément e l'exposition.

 

Tout en montrant des artistes autant reconnus qu'inconnus, il brouille les frontières, cultive le désordre et propose une expérimentation curatoriale inédite.

 

Reflets, aventures et embuscades

Artistes présentés :

L.A. Bacler d'Alpe
Josse Bailly
Jean-Jacques Le Barbier
Francis Baudevin
Hans Bellmer Bertram
Johann Jakob Biedermann
Edmond Bille
Kim Seob Boninsegni
Michel Bovisi
Rodolphe Bresdin
Marguerite Burnat-Provins
Julien Carreyn
Valentin Carron
Achille Chappaz
Eugène Ciceri
Joe Coleman
Blaise Coutaz
Stéphane Dafflon
François Dequevauviller
François Diday
Préfète Duffaut
Max Ernst
Cédric Eisenring
Vidya Gastaldon
Alberto Giacometti
HR Giger
Marie-Antoinette Gorret
Michel Grillet
Wade Guyton
Ane Mette
Hol Mamie Holst
Alex Hubbard
Hayan Kam Nakache
Michael Kimber
Jutta Koether
Norbert H. Kox
Pierre Loye
Tobias Madison
Francis Michelet
François Morellet
Robert Morris
Andreas Dobler
Gianni Motti
Charles Clos-Olsommer
Steven Parrino
Pierre-Barthélemy Pitteloud
Narcisse Praz
Seth Price
Punk
R.M. Ramagli
Marta Riniker-Radich
Félicien Rops
Emanuel Rossetti
Samael
Jim Shaw
Moritz Siegen
Josh Smith
Louis Soutter
Elvis Studio
Toulouse-Lautrec
Ludwig Werlen
Ian Wilson

etc.



C'est en tant qu'artiste que Balthazar Lovay a répondu à l'invitation qui lui a été faite par le Manoir d'imaginer une exposition. Celle-ci est construite autant comme une flânerie que comme une visite inédite des collections d'art de la région.

 

Aventures, reflets et embuscades offre un espace d'accidents et de dialogues où Max Ernst rencontre des masques du Lötschental et au sein duquel des gravures du XVIIIème siècle entrent en résonnance avec des œuvres contemporaines comme celles de Marta Riniker- Radich, Valentin Carron, Seth Price ou Vidya Gastaldon.

 

« Voyages, aventures et combats » est le sous-titre des fougueux récits du corsaire et pein- tre de la marine française Louis Garneray (1783-1857). Ses mémoires rocambolesques et fascinants ont été partiellement réécrits par différents éditeurs, si bien qu'aujourd'hui on n'y distingue plus l'autobiographie de la fiction.

 

Deux éléments décisifs ont guidé Balthazar Lovay: le Valais, le Manoir et les collections publi- ques et privées de la région et son statut d'artiste, à la fois d'origine valaisanne et travaillant au sein d'un collectif ayant des attaches et une circulation géographiques extérieures.

Cette sélection pourrait représenter le « cabinet de curiosités » imaginaire de l'artiste. La no- tion fonctionne comme une double métaphore : d'une part pour l'élaboration d'une collection toute subjective et d'autre part pour le principe de continuité entre des objets hétérogènes qu'elle sous-tend. Cet aspect de continuité est fondamental ; il permet de constituer des inter- connexions entre les objets en exaltant leur polysémie. Ceux-ci seront d'art, d'arts décoratifs, de photographie, de bande dessinée, etc. Et surtout de périodes et de catégories diverses (du XVIIIème au XXIème siècle, de l'Art Brut à la peinture de paysage). Il s'agit d'une démarche ouverte et non-autoritaire qui, pour B. Lovay, est autant une dérive (dans le sens ou l'entend Debord), qu'une expression directe de ses influences et de ses obsessions.

 

Il entend également transgresser sa propre autorité en intégrant à l'exposition des objets qui échappent à ses propres catégories. Il intègre un grand nombre d'œuvres et d'objets issus de la collection de la Ville de Martigny.

 

Face à ces objets, il s'agit autant de les désorganiser que de les organiser. Ces œuvres se- ront déployées dans les espaces du Manoir en tenant compte des spécificités architecturales et historiques de ce bâtiment. L'exposition se construit comme un jeu de domino, ce sont les œuvres elles-mêmes qui génèrent de nouveaux embranchements. Et si des ensembles thé- matiques émergent évidemment, B. Lovay crée un ensemble transversal, kaléidoscopique et non hiérarchique : il trace des parallèles, fait naître des dialogues, crée des zones de clarté et d'autres de confusion. Il en ressort différentes grilles de lectures qui permettent de faire émerger des types d'accrochages hétérogènes.

 

L'artiste ouvre les portes de son musée personnel et insolite, à mi chemin entre un cabinet d'amateur et une exposition à valeur historique. Aventures, reflets et embuscades convie le visiteur à opérer sa propre dérive, son propre cheminement subjectif : une expérimentation muséale vivifiante.